Voilà pourquoi les jeunes qui épargnent pour leur pension, disposent d’un avantage gigantesque

Afin de rentabiliser au maximum votre plan d’épargne-pension, vous avez intérêt à commencer le plus tôt possible.

Durant les 10 dernières années, les fonds d’épargne-pension ont réalisé un rendement annuel moyen de 5,55% dans notre pays. Ainsi, les épargnants pourront déjà constituer un capital-pension considérable à  condition de s’y prendre suffisamment tôt. En effet, ceux qui investiront, durant les 10 dernières années de leur carrière, le montant annuel de 990 euros via un fonds d’épargne-pension, auront mis de côté le capital global de 9.900 euros. Toutefois, si vous commencez à épargner pour votre pension à l’âge de 20 ans et si vous mettez de côté 990 euros par an sur une durée de 40 ans, vous aurez constitué le capital de 36.900 euros. Il s’agit déjà d’une belle différence.

En outre, votre rendement annuel pourrait accélérer la constitution de ce capital. Cette accélération fonctionnera entièrement en faveur des épargnants disposant de l’horizon d’investissement le plus long. Avec un rendement annuel moyen de 5,55%, les personnes qui épargneront pour leur pension en mettant de côté 990 euros par an durant 40 ans, auront constitué le capital de 144.526 euros. Les épargnants qui n’auront mis de côté ce montant que durant 10 ans, devront se contenter du capital final de 13.486 euros.

 

Les frais d’entrée et l’impôt final

Toutefois, les personnes qui épargnent pour leur pension, doivent tenir compte des frais d’entrée et de l’impôt final, entre autres. Les frais d’entrée seront déduits du dépôt de base. En général, ils s’élèvent à 2-3%, quoique certains fonds ne facturent pas de frais d’entrée. Si vous versez 990 euros dans un fonds dont les frais d’entrée s’élèvent à 2%, seulement 970,2 euros seront repris dans votre fonds d’épargne-pension, en réalité. Ceci aura également un impact sur le capital final: sur une période de 40 ans et avec un rendement de 5,55%, votre capital final s’élèvera à 141.636 euros (par rapport à 144.526 euros sans frais d’entrée).

Il y a également l’impôt de 8% sur le capital final. En ce qui concerne les fonds d’épargne-pension, il sera calculé sur base du rendement annuel fictif de 4,75%. Dans notre exemple, l’impôt final s’élèvera à 9.242 euros. Au bout de 40 ans et avec un rendement de 5,55% ainsi que des frais d’entrée de 2%, les personnes qui auront épargné pour leur pension, garderont donc le montant net de 132.394 euros.

 

L’avantage fiscal

En outre, l’épargne-pension est encouragée par le gouvernement, car vos versements vous donneront droit à une réduction d’impôt. Cette année-ci, vous pouvez verser jusqu’à 990 euros pour votre plan épargne-pension; dans ce cas, vos versements vous permettront d’obtenir une réduction d’impôt de 30% (ou un avantage fiscal de 297 euros). Vous pouvez également épargner jusqu’à 1.270 euros. Toutefois, les montants entre 990 euros et 1.270 euros vous rapporteront une réduction d’impôt légèrement moins élevée: 25% (ou un avantage fiscal pouvant s’élever jusqu’à 317,5 euros).

 

Les alternatives

L’épargne-pension n’est pas seulement possible via un fonds d’épargne-pension; elle l’est également via une assurance épargne-pension. Un fonds d’épargne-pension est un fonds d’investissement et est donc un peu plus risqué, quoiqu’il existe des fonds d’épargne-pension aussi bien pour les investisseurs défensifs que pour les investisseurs offensifs.

L’assurance épargne-pension est un contrat d’assurance, par contre. La formule de la branche 21 est la plus courante: les épargnants perçoivent un taux d’intérêt fixe sur leurs versements, pouvant éventuellement être complété par une participation aux bénéfices. En général, les rendements sont inférieurs à ceux des fonds d’épargne-pension. En 2020, les rendements nets ont fluctué de 0,82% à 1,75%.

source: guide-epargne.be